La croyance en Dieu et en Son Messager est la meilleure des œuvres

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Bismi l-Lâhi r-RaHmâni r-RaHîm

الحَمدُ للهِ رَبِّ العَالَمِين والصَّلاةُ والسَّلامُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ رَسُولِ اللهِ

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Dieu, Le seul à ne pas avoir d’associé, ni de semblable, ni de forme, ni d’image, ni de membre.
Il est le Dieu, Celui Qui pardonne les péchés, Celui Qui pardonne beaucoup, Celui Qui n’a besoin de rien et Dont tout autre que Lui a besoin.
Je témoigne que notre maître, notre bien-aimé, notre éminence et notre guide, la cause de notre joie MouHammad, est Son esclave et Son messager, celui qu’Il a élu et qu’Il agrée le plus. Il a bien transmis le message, il s’est acquitté de ce qui lui a été confié, il a porté conseil à la communauté, que Allâh l’honore et l’élève davantage en degré, par une invocation par laquelle nous espérons que nos affaires nous soient réglées et nos tourments dissipés, et que nous soyons protégés du mal de nos ennemis, et qu’Il préserve sa communauté, ainsi que ses compagnons bons et purs, ainsi que sa famille et tous ceux qui l’ont suivi.

Après cette introduction, esclave de Allâh, notre Seigneur `azza wa jall, dit dans Son Livre honoré :

﴿ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا اللهَ وَكُونُوا مَعَ الصَّادِقِينَ﴾

ce qui signifie :«Vous qui êtes croyants, faites preuve de piété à l’égard de Allâh et soyez avec les véridiques. »

Je me recommande à moi-même ainsi qu’à vous de faire preuve de piété à l’égard de Allâh Al-`Aliyy Al-`ADHîm, craignez-Le, obéissez à Ses ordres, évitez Ses interdits.

Sachez frères de foi, que le fondement de la piété, c’est de connaître Allâh soubHânahou wa ta`âlâ et de croire en Lui et de connaître Son Messager comme il convient de le connaître. Ceci est le premier des devoirs, la base des devoirs, le plus important des devoirs et le meilleur d’entre eux.

Al-Boukhâriyy a rapporté dans son SaHîH, d’après Abôu Hourayrah, que Allâh l’agrée, que le Messager deAllâh fut interrogé « Quelle est la meilleure des œuvres ? »,il avait répondu :

(( إيمانٌ باللهِ ورسوله ))

ce qui signifie : « La croyance en Dieu et en Son Messager. »

La meilleure des œuvres dans l’absolu, c’est la croyance en Dieu et en Son Messager, c’est la base sans laquelle les œuvres ne sont pas valables.

La signification de la croyance en Dieu est que la personne ait pour croyance catégorique que Allâh ta`âlâ existe sans aucun doute à propos de Son existence. Il existe et n’a aucune ressemblance avec quoique ce soit d’autre, Il n’est pas un corps et n’a pas de ressemblance avec les corps, Il n’est pas un volume et n’a pas de ressemblance avec ce qui a un volume, Il n’est pas un corps palpable, comme l’être humain, la pierre et les arbres, ni un corps impalpable comme l’air, les jinn et les anges. Allâh soubHânahou n’a pas de ressemblance avec l’être humain, ni avec les plantes, ni avec les objets inanimés, Il n’a pas de ressemblance avec l’air, ni l’âme, ni la lumière, ni les anges ni les jinn. Allâh ta`âlâ existe, Il n’a de ressemblance avec rien de ce monde, Il est comme Il nous l’a appris à propos de Lui-même dans Son Livre qui ne comporte pas de contradiction :

﴿ليس كمثله شيء وهو السميع البصير﴾

[sôurat Ach-Chôurâ/11] (layça kamithlihî chay’oun wahouwa s-Samî`ou l-BaSîr) ce qui signifie : « Rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit. »

Et quoique tu imagines en ton esprit Allâh soubHânahou wa ta`âlâ n’est pas ainsi, c’est-à-dire qu’Il n’a pas de ressemblance avec ce que tu peux imaginer. Il n’est pas imaginable par l’illusion, il est impossible de se le représenter dans l’esprit. La limite de notre connaissance de Allâh c’est la certitude que son existence ta`âlâ est sans comment et sans endroit, c’est-à-dire le summum auquel peut aboutir la connaissance de l’homme à propos de Allâh ta`âlâ, c’est la croyance qu’Il existe soubHânahou wa Tâ`âlâ, et qu’il n’a aucune ressemblance avec tout ce qui entre en existence ; qu’Il a des attributs de perfection dignes de Lui, qui n’ont pas de ressemblance avec les attributs de Ses créatures ; sans que Allâh tâ`âla ne soit dans l’une des six directions, sans qu’Il ne soit soubHânahou wata`âlâ dans l’un des endroits, c’est cela la signification de la croyance en Dieu.

Quant à la croyance au Messager de Dieu ,chers bien-aimés, elle signifie que l’homme ait la croyance catégorique qui n’est entachée d’aucun doute, que MouHammad est le Messager de Dieu, envoyé de la part de Allâh, véridique en tout ce qu’il a transmis de la part de Allâh, que ce soit concernant le caractère licite ou interdit des jugements, ou encore les nouvelles à propos des communautés antérieures ou les sujets concernant le barzakh, l’existence dans la tombe entre la mort et la résurrection et concernant l’au-delà, et qu’il ne se trompe en rien de tout cela. Allâh l’a soutenu par des miracles éclatants, qui prouvent de façon catégorique sa véracité.
Son Seigneur l’a embelli par la véracité, l’honnêteté, la préservation et la chasteté, tout comme la totalité de ses frères prophètes et messagers.Il ne provient pas de lui de mécréance, ni avant d’avoir son statut de prophète au début de la révélation, ni après. Il ne se produit pas de sa part aucun grand péché, ni aucun acte d’indécence qui indiquerait une bassesse de caractère.
Il a appelé les gens à la religion de l’Islam, qui est la religion de tous les prophètes, la religion que Allâh agrée pour tous Ses esclaves et qu’Il nous a ordonné de suivre. C’est la religion telle que celui qui meurt en étant musulman entrera nécessairement au Paradis, même s’il doit auparavant passer par l’enfer en raison de ses péchés si Dieu ne Lui pardonnait pas. C’est la religion, telle que celui qui en prend une autre, elle ne sera pas acceptée de sa part, mais il sera plutôt au nombre des perdants dans l’au-delà. Il n’y a pas de voie pour être sauvé du châtiment éternel dans l’enfer si ce n’est en croyant en Dieu et en Son messager, car Dieu dit :

﴿ وَمَنْ لَمْ يُؤْمِنْ بِاللَّهِ وَرَسُولِهِ فَإِنَّا أَعْتَدْنَا لِلْكَافِرِينَ سَعِيرًا ﴾

[sôurat Al-Fat-H/13](waman lam you’min bil-Lâhi waraçôulihî fa’innâ ‘a`tadnâ lil-kâfirîna sa`îrâ) ce qui signifie : «Celui qui ne croit pas en Dieu et en Son Messager, certes Nous avons réservé pour les mécréants le feu de l’enfer. »

Et Allâh ta`âlâ dit :

﴿ إِنَّ الَّذِينَ كَفَرُوا لَنْ تُغْنِيَ عَنْهُمْ أَمْوَالُهُمْ وَلَا أَوْلَادُهُمْ مِنَ اللَّهِ شَيْئًا وَأُولَئِكَ أَصْحَابُ النَّارِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ ﴾

[sôurat ‘Âli `Imrân / 116](‘inna l-ladhîna kafarôu lan toughniya `anhoum ‘amwâlouhoum walâ ‘awlâdouhoum mina l-Lâhi chay’an wa’oulâli’ika ‘aSHâbou n-nâri houm fîhâ khâlidôun) ce qui signifie :« Certes ceux qui sont mécréants, ni leurs biens, ni leurs enfants ne les protégeront du châtiment de Dieu, ce sont des gens qui iront en enfer où ils resteront éternellement.»

Nous demandons à Allâh qu’Il fasse que nous persévérions sur la foi, qu’Il nous honore de mourir sur la foi complète, qu’Il fasse que nous soyons au nombre de ceux qui entreront au Paradis sans châtiment au préalable. Certes Il est Al-Karîm, Al-Wahhâb.

Ayant tenu mes propos, je demande que Allâh me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.

Après RamaDân.

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم

Bismi l-Lâhi r-RaHmâni r-RaHîm

الحَمدُ للهِ رَبِّ العَالَمِين والصَّلاةُ والسَّلامُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ رَسُولِ اللهِ

Louanges à Allâh Seigneur des mondes, que Allâh honore et élève davantage en degrés notre maître MouHammad et qu’Il préserve sa communauté de ce que le Prophète craint pour elle.

Esclaves de Allâh, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allâh Al-`Aliyy, Al-Qadîr, Lui Qui dit dans Son Livre explicite :

  ﴿ يَا أَيُّهَا الذِينَ ءَامَنُوا تُوبُوا إِلَى الله تَوْبَةً نَصُوحًا عَسَى رَبُّكُمْ أَنْ يُكَفِّرَ عَنْكُمْ سَيِّئَاتِكُمْ وَيُدْخِلَكُمْ جَنَّاتٍ تَجْرِي مِنْ تَحْتِهَا الأَنْهَارُ يَوْمَ لاَ يُخْزِي الله النَّبِيَّ والذِينَ ءَامَنُوا مَعَهُ نُورُهْمْ يَسْعَى بَيْنَ أَيْدِيهِمْ وَبِأَيْمَانِهِمْ يَقُولُونَ رَبَّنَا أَتْمِمْ لَنَا نُورَنَا وَاغْفِرْ لَنَا إِنَّكَ عَلَى كُلِّ شَىْءٍ قَدِيرٍ

ce qui signifie : « Ô vous qui êtes croyants, faites un repentir définitif à Allâh, puisse votre Seigneur vous expier vos mauvaises actions et vous faire entrer au Paradis coulent des fleuves. Ce jour-là, ni le Prophète ni ceux qui ont été croyants avec lui ne seront déçus par Allâh. Ils auront une lumière devant eux et autour d’eux. Ils diront :  Ô notre Seigneur, complète-nous notre récompense, pardonne-nous. Certes, Tu es sur toute chose Tout-Puissant. » [Sôurat At-TaHrîm / 8]

Chers frères, voici quelques jours que le mois béni de RamaDân nous a quitté. C’est le mois du bien, le mois des bénédictions, le mois du repentir et le mois des obéissances. Après avoir salué le mois du repentir, persévérez dans le repentir. Après avoir salué le mois de l’obéissance, persévérez dans l’obéissance. Combien est belle ta persévérance ô Thâbit.

Chers bien-aimés, Thâbit Al-Bounâniyy faisait partie des imams des successeurs des compagnons. Il était une référence dans la Science et dans les actes. Il a été rapporté de lui qu’il récitait le Qour’ân chaque jour et nuit et qu’il jeûnait toute l’année (Siyâmou d-dahr)[sauf les jours qu’il est interdit de jeûner]. Il disait : « J’ai eu à fournir des efforts afin de persévérer dans l’accomplissement de la prière pendant vingt ans, puis j’ai éprouvé du plaisir à persévérer dans l’accomplissement de la prière pendant vingt ans. »

 Chers frères de Foi, il a été rapporté que celui qui a mis Thâbit dans sa tombe a dit : « Par Allâh, il n’est de dieu que Lui ! C’est moi qui ai fait entrer Thâbit Al-Bounâniyy dans sa tombe. Et lorsque nous avons mis les pierres, l’une d’entre elles tomba ; et nous l’avons vu en train de faire la prière dans sa tombe. Sur ce, j’ai dit à celui qui m’accompagnait :  Vois-tu ce que j’ai vu ?  Il m’a dit :  Tais-toi ! . Lorsque nous avions terminé de le recouvrir de terre, nous sommes partis voir sa fille et nous lui avons demandé :  Que faisait Thâbit de particulier durant sa vie dans ce bas monde ?  Elle nous a répondu :  Qu’est ce que vous avez vu pour me poser cette question ?  Nous lui avons dit ce que nous avions vu. Elle a dit :  Il veillait toutes les nuits en prières surérogatoires pendant cinquante ans, et lorsque venait la période de la nuit qui précédait l’aube (as-saHar), il disait dans ses invocations : «  Ô Allâh, si Tu as accordé à quelqu’un le fait d’accomplir la prière dans sa tombe, alors accorde-le moi ! «  Et  Allâhne l’a pas déçu dans cette invocation. » Récit rapporté par Abôu Nou`aym dans Hiliyatou l-‘awliyâ.            

Chers bien-aimés, cet homme vertueux a persévéré dans l’accomplissement de la prière surérogatoire durant cinquante ans et il invoquait Allâhta`âlâ pour qu’Il lui accorde le fait d’accomplir la prière dans sa tombe. Allâh l’a honoré par cela. De nos jours, il y a des gens qui éprouvent de la paresse pour la prière obligatoire. Il y a parmi eux, ceux qui font la prière uniquement pendant le mois de RamaDân, et après RamaDân ils arrêtent de l’accomplir. Que Dieu nous en préserve ! D’autant que, lors du Voyage nocturne et de l’Ascension, le Messager de Allâh, a vu des gens dont les têtes étaient fracassées, puis elles redevenaient telles qu’elles étaient. Jibrîl`alayhi s-salâm a informé le Prophète qu’il s’agissait de ceux dont les têtes s’alourdissaient pour ne pas faire la prière.

Mon frère musulman, ce ne sont que quelques heures ou quelques minutes voire moins que cela qui passent pour chacun d’entre nous. Par la suite, chacun ira dans sa tombe. N’est-ce pas que celui qui est intelligent est celui qui se rend des comptes et qui œuvre pour ce qui vient après la mort ? Oh que si par Allâh ! N’est-ce pas que celui qui est intelligent est celui qui demande des comptes à son âme dans ce bas monde avant d’avoir à en rendre compte dans l’au-delà ? Oh que si par Allâh ! L’insouciance n’est pas utile, et les biens du bas monde sont très insignifiants.

Combien est éminente la joie de l’esclave croyant et vertueux lorsqu’il accomplit les actes de bien durant le mois de RamaDân ! Combien est éminente sa persévérance dans ses bons actes après le mois de RamaDân. Cela peut être le fait de s’abstenir de dire des choses que Dieu n’agrée pas, le fait de s’éloigner de ce que  Allâh a interdit ou encore le fait de persévérer dans l’obéissance à Allâh : que ce soit la prière, le jeûne ou l’apprentissage de la Science de la Religion. Mon frère croyant, persévère à assister aux assemblées de Science de la Religion après le mois de RamaDân. N’arrête pas d’écouter le bien. En effet, le Messager de Allâh a dit :

 لاَ يَشْبَعُ مُؤْمِنٌ مِنْ خَيْرٍ يَسْمَعُهُ حَتَّى يَكُونَ مُنْتَهَاهُ الجنَّةَ 

 ce qui signifie : « Le croyant ne se lasse pas d’un bien qu’il entend jusqu’à ce qu’il parvienne au Paradis. »

 Chers frères, il se peut qu’il y ait des moments dans sa vie où l’être humain fait preuve d’insouciance. Par la suite, il se réveille, il prend conscience de son état et frappe alors à la porte du repentir à Allâh tabâraka wa ta`âlâ.

La porte du repentir est ouverte tant que l’âme n’est pas encore arrivée à la gorge. Aussi, la porte du repentir est ouverte tant que le soleil ne se lève pas de son couchant. De même, la porte du repentir est ouverte tant que la personne n’a pas encore vu l’ange de la mort `Azrâ’îl.

Bonheur donc à celui qui a fait un repentir définitif à Allâh ! La joie pour la fête de al-`Îdou l- fiTr est éminente. Elle est grande, mais la joie est encore plus grande lorsqu’au jour du Jugement, le croyant pieux, bon, pur et vertueux trouvera dans le livre de ses actes les œuvres, ce qui va alors le réjouir ; tandis que certains seront des perdants et vont à leur perte. Il sera avec les croyants sur des lits les uns en face des autres.  Ils boiront de la boisson du Paradis, mangeront de la nourriture du Paradis et se réuniront avec le maître des mondes MouHammad.

Combattez le diable par vous-mêmes

بِسمِ اللهِ الرَّحمـنِ الرَّحِيم


Esclaves de Dieu, je vous recommande et je me recommande à moi-même, de faire preuve de piété à l’égard de Allâh, Al-`Aliyy Celui Qui domine Ses créatures par le degré, Al-Qadîr Celui Qui a la toute-puissance, Lui Qui dit dans Sa révélation explicite :

﴿ إِنَّمَا الْمُؤْمِنُونَ إِخْوَةٌ فَأَصْلِحُوا بَيْنَ أَخَوَيْكُمْ وَاتَّقُوا اللَّهَ لَعَلَّكُمْ تُرْحَمُونَ

[sôurat Al-Houjourât / ’âyah 10] (‘innama l-mou’minôuna ‘ikhwatounfa’aSliHôu bayna ‘akhawaykoum wa ttaqoul-Lâha la`alakoum tourHamôun) ce qui signifie : « Certes, les croyants sont des frères en religion, alors réparez les différends qui pourraient se produire entre deux de vos frères et faites preuve de piété à l’égard de Allâh, puissiez-vous recevoir Sa miséricorde. »

D’après Abôu Rouqayyah Tamîm Ibnou ‘AwsAd-Dâriyy, que Allâh l’agrée, le Prophète a dit :

(( الدّينُ النّصِيحة ))

(ad-dînou n-naSîHah) ce qui signifie : « Parmi les choses les plus importantes sur lesquelles repose la religion,il y a le conseil» on lui a dit alors : « Pour qui le conseil ? » il a répondu :

(( لله ولكتابه ولرسوله ولأَئِمَّةِ المسلمين وعامَّتِهِم ))

[Rapporté par Mouslim] (lil-Lâhi wa likitâbihî wa liraçôulihî wali’a’immati l-mouslimîna wa`ammatih)ce qui signifie : « [Portez le conseil]concernant[la foi en] Allâh, [la foi en]Son Livre et [la foi en]Son Messager, [portez le conseil]aux gouverneurs des musulmans et au commun d’entre eux. »

D’après Jarîr Ibnou `Abdi l-Lâh, que Allâh l’agrée, il a dit :[Hadîth rapporté par Al-Boukhâriyy et Mouslim] qui signifie :« J’ai fait un pacte d’allégeance avec le Messager de Allâh et je me suis engagé à accomplir la prière, à m’acquitter de la zakât et à donner le conseil à tout musulman. »

D’autre part, l’Imâm Ar-Rifâ`iyy, que Allâh l’agrée et lui donne satisfaction, a dit : « Combattez le chayTân par vous-mêmes, en vous donnant le conseil les uns aux autres, en adoptant un bon comportement les uns avec les autres, en ayant une bonne attitude les uns avec les autres, avec les belles paroles des uns pour les autres. »

Mes frères de foi, il n’y a pas de doute que la parole du maître des Messagers, le bien-aimé du Seigneur des mondes est meilleure pour nous et comporte un profit bénéfique pour notre communauté, nos familles, nos bien-aimés et nos compagnons : (ad-dînou n-naSîHah) le conseil est fondamental dans la religion. Donc, quand bien même tu aurais eu connaissance d’une défaillance de la part d’un musulman, une défaillance dont tu aurais la preuve indubitable, alors donne-lui le conseil en secret. Que le chayTân ne te dupe pas et ne t’amène pas à commettre la médisance sur son compte. Si tu as su que ton frère musulman a été éprouvé par Allâh par un péché, par un dérapage, alors prend l’initiative de lui donner le conseil et non pas de le dévoiler.

Ce compagnon honorable, Jarîr Ibnou `Abdi l-Lâh, que Allâh l’agrée, avait fait un pacte d’allégeance avec le Messager de Allâh pour accomplir la prière, pour s’acquitter de la zakât et pour donner le conseil à tout musulman.

Chers honorables bien-aimés, chers frères dans la croyance, que chacun d’entre nous s’interroge : Où en suis-je par rapport à ce conseil que notre religion éminente, l’Islam incite à suivre ?

Voici donc notre Imam AHmad Ar-Rifâ`iyy Al-Kabîr, que Allâh l’agrée, qui dit : « Combattez le chayTân par vous-mêmes. » Il nous a guidé, que Dieu l’agrée, vers la façon de combattre le chayTân par nous-mêmes. Il a dit : « En vous donnant le conseil les uns aux autres, en adoptant un bon comportement les uns avec les autres, en ayant une bonne attitude les uns avec les autres, avec les belles paroles des uns pour les autres. » Alors sois une aide pour ton frère contre son chayTân, et ne sois pas une aide pour le chayTân contre ton frère.

Le Messager de Allâh a dit :

(( المؤمنُ مِرﺁةُ أخيهِ المؤمن))

[Hadîth rapporté par Abôu Dâwôud avec une bonne chaîne de transmission](al-mou’minoumir’âtou akhîhi l-mou’min)ce qui signifie :« Le croyant est tel un miroir pour son frère croyant. » N’est-ce pas que l’un d’entre nous se regarde dans un miroir pour enlever ce qui ne lui plaît pas ?En regardant dans le miroir, s’il voit quelque chose sur son visage qui ne lui plaît pas, que fait-il ? Il l’enlève. Alors sois ainsi avec ton frère musulman. Quand tu vois de lui quelque chose que Dieu n’agrée pas, ne le laisse pas ainsi. Rappelle-toi la parole de Allâh ta`âlâ qui blâme ceux qui ont mécru parmi les fils de ‘Isrâ’îl :

﴿كَانُوا لَا يَتَنَاهَوْنَ عَنْ مُنْكَرٍ فَعَلُوهُ لَبِئْسَ مَا كَانُوا يَفْعَلُونَ

[sôurat Al-Mâ’idah / ’âyah 79](kânôu lâ yatanâhawna `an mounkarin fa`alôuhou labi’sa mâkânôu ya`malôun)ce qui signifie : « Ils ne s’interdisaient pas le mal qu’ils commettaient, quelle mauvaise conduite que la leur. »

De plus, chers bien-aimés, il est indispensable pour donner le conseil, d’apprendre la science de la religion. Il est indispensable d’appliquer la connaissance religieuse, car c’est grâce à la science de la religion que tu distingues ce qui est licite de ce qui est interdit, tu reconnais celui qui dépasse les limites et celui qui s’y attache. C’est grâce à la science de la religion que tu connais comment donner le conseil et quoi dire quand tu donnes le conseil. Par la science de la religion, tu sais comment parler, pourquoi tu parles et que dire. Et si tu te tais, pourquoi tu te tais. Alors pose-toi la question : où en es-tu par rapport aux assemblées de science de la religion ? Où en es-tu par rapport au fait d’ordonner le bien et d’interdire le mal ?

Notre Seigneur tabâraka wa ta`âlâ dit :

﴿كُنْتُمْ خَيْرَ أُمَّةٍ أُخْرِجَتْ لِلنَّاسِ تَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَتَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ وَتُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ

[sôurat ‘Âli `Imrân /’âyah 110](kountoum khayra ‘oummatin ‘oukhrijat lin-nâci ta’mourôuna bil-ma`rôufi wa tanhawna `ani l-mounkari wa tou’minôuna bil-Lâh) ce qui signifie :« Vous êtes la meilleure des communautés qui ait émergé pour les gens, vous ordonnez le bien et vous interdisez le mal tout en croyant en Dieu. »

Pose-toi la question, quel est ton état par rapport au fait de conseiller les jeunes qui se relâchent pour accomplir la prière ? Comment leur donner le conseil et combattre leur chayTân ? Sans doute avec la bonne manière, avec la bonne exhortation.

AHmad Ar-Rifâ`iyy a dit : « Combattez le chayTân en adoptant un bon comportement les uns avec les autres. »

Sachez, esclaves de Allâh, qu’il y a des pays qui ont embrassé l’Islam grâce aux comportements islamiques, par les caractères du Prophète MouHammad auxquels a incité la loi de l’Islam. En effet, il y avait des commerçants du Yémen qui partaient faire leur commerce jusqu’en Indonésie et en Malaisie. Les habitants de ces pays, voyant la véracité de ces commerçants musulmans, leur bon comportement, leur honnêteté, leur indulgence, leur générosité, leur bienfaisance et leurs bonnes manières, ont su que ces nobles caractères étaient des caractères que leur religion leur avait ordonnés et que leur Prophète leur avait enseignés. Les gens sont alors entrés, petit à petit, en Islam, jusqu’à ce que l’Islam se soit propagé dans ces pays.

Combattez le chayTân par les paroles que vous vous adressez mutuellement. Que la belle parole, que le Messager de Allâh a qualifiée de Sadaqah, d’aumône, sorte toujours de votre bouche. Ne te prive pas de prodiguer ton bon conseil à tes frères. Puisse Allâh faire que ce soit une cause pour que des cœurs de gens insouciants se corrigent. Combien de gens ont quitté leur insouciance pour devenir vertueux grâce à des paroles qu’ils avaient entendues.

Que Allâh fasse que je sois, ainsi que vous-mêmes, de ceux qui, lorsqu’ils écoutent des paroles, suivent le meilleur de ce qu’ils entendent.

Ayant dit mes propos, je demande que Allâh me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.